Ogonek

catherinewillis:

Le  jour où le singe araignée s’empara du soleil.

Labdanum perfume and china ink on paper.2007

Collection Alain Richert ( France )

Titoulet

J’ai rêvé de vieux trains, de vapeurs,

De champs de fleurs et d’oiseaux,

Mangés par la toile et les couleurs,

J’ai rêvé qu’ils roulaient des rouleaux.

Des rouleaux,

Dont, donc,

On, mon, son, ton sur ton,

On voit, verra, verrait,

Qui vivrait, vit, vivra.

Tous les coups,

Tous les permis,

Le coût des pinces,

Ô ! le cou des pinceaux.

Je traversai.

Je fais passer,

J’ai bon dos.

Suffit de taper ce qui vient,

Prendre des notes,

Passer à autre chose !

Les rêves, par exemple, tiens,

C’est con les rêves.

J’ai faim d’autre chose.

J’en ai marre des rêves,

J’ai envie d’arrêter la machine à rêver.

Je vais mettre la psychopompe en panne,

Ça me fera des vacances.

Drôle d’impression : être habité par une machine,

Un véhicule, qui plus est, un puits, tellement vivants,

À leur façon, qu’ils finissent par me faire douter : qui,

De la machine, ou du véhicule, véhicule vraiment l’autre…

La machine, elle, machine-t-elle ? Véhicule-t-elle aussi ?

Ce serait comme un scaphandre embarqué, une combinaison

Sous-cutanée, ce qui pourrait s’appeler du beau nom de conduite

Intérieure… un trop beau nom pour ne servir qu’à clore l’habitacle

D’une automobile !

Comment dire ?

Je suis un conduit du terroir, ce n’est pas une option.

Ou bien : je suis venu avec une âme, je ne sais pas où

Elle m’emmène, mais veuillez m’excuser, je la suis.

C’est pas simple.

Et savoir à quel point,

Tout simplement,

Elle m’appartient.

Pour un beau jour ailleurs…

Nervil

Tire-bouchon perdu sur la plage,
Au bord de l’eau, Gérard a mal :
L’esprit de la rivière l’a séparé
De son double, passion, Aurélia.

Les démons de la médecine en
Profitent pour le torturer ; toutes
Ses cellules sont aux abois, vives
Blessures de la plante aux tympans.

Un gentil couple d’éducateurs,
Excessivement bien assortis, 21 ans,
23 cm et 5 couleurs de chevelure
était là ! excessivement appareillés.

(Source : themountainlaurel)

16 juin 2014

Aspirine, caféine et poudre d’os,
Un anneau de solitude en danger,
Les gestes qui sauvent et ceux qui ne
Tuent pas, le bord des bras sans tore,
Le fruit défendu, Liliom, hors de moi,
Il y a des gestes qui sauvent et des
Paroles qui tuent, rends-moi au jardin.

Le rêve du concierge des arènes 

ogonek:

Elle sort sur la place en sautillant comme une enfant. Quand elle se retrouve sous le soleil elle ralentit l’allure, remet son chapeau, simple paille de ferme qui ne protège pas ses épaules. Elle croise un groupe de cavaliers qui s’amusent de la rondeur de ses mollets sous l’habit de lumière,…

More Information